CollectActif a été créé en 2013 a l’initiative de six migrants sans papiers afin de transformer le problème du gaspillage en solution de la question de la précarité alimentaire. Au début comme organisateurs de tables d’hôtes à prix libre et de récupération d’invendus, le collectif a ensuite grandi. Son expérience au parc Maximilien, où CollectActif a pris en charge la gestion de la cuisine pour les refugiés, a été un tournant.

Aujourd’hui, l’équipe travaille sur de nouveaux projets, toujours en lien avec la précarité et l’alimentation, la solidarité, l’écologie et l’immigration et la cohésion sociale.

Mohammed, Oualid, Abdelhak, Abdessamad, Ahsein, Ismaël, les six fondateurs de CollectActif, étaient des membres du Collectif Sans-Papiers Belgique, une mouvement qui militait pour les droits sociaux pour des personnes sans-papiers.  Pendant la période hivernale en 2013,  il était question pour
les fondateurs de montrer une structure de récupération et de transformation des invendus chez les marchands afin de répondre à un besoin nutritionnelle des personnes en grande précarité alimentaire et administratives.

Petit à petit, quand nous avons vu que la récup a bien marché et qu’il restait encore des aliments, nous avons décidé de cuisiner pour un publique plus large.

Cette expérience nous a ouvert les yeux sur la question de la précarité à Bruxelles et la nécessite d’élargir nos activités de la récupération et la distribution alimentaire. Et comme ça, le CollectActif a vu la lumière. Ainsi, CollectActif avec l’aide des bénévoles se retrouvent chaque dimanche au Marché des Abattoirs à Anderlecht, pour récupérer, trier et redistribuer les invendus alimentaires. Plus d’une tonne d’aliments à chaque marché auprès de quelques marchands qui leur donne les fruits et les légumes restés invendus à la fin du marché. CollectActif récupère la nourriture et la redistribue gratuitement à toutes les personnes intéressées, qui se rassemblent devant le local.

En septembre 2015, en voyant que le nombre de réfugiés présent au parc Maximilien ne cessait d’augmenter, les membres de nous nous sommes dit qu’il fallait agir. La présence de CollectActif au parc Maximilien avait pour but d’accueillir les réfugiés dans des bonnes conditions (puisque les responsables politiques s’ont lavait les mains), de garantir des repas sains et réguliers et de tisser des liens entre la Coordination des sans-papiers et le refugies. Cette expérience a donné l’opportunité d’obtenir une nouvelle visibilité au groupe ainsi de partager l’expérience avec les centaines de bénévoles de différentes classes sociales et convictions.

Oualid Bouakka

“Ce qui m’a motivé le plus, c’est ce qu’on en avait dans un certain moment marre de sortir dans la rue et de crier ‘on est là’, on est tous des sans-papiers et politiquement, à l’époque, ça ne répondait pas, c’est comme si tu parlais à un mur. (…) Vu qu’on n’ voyait pas de progrès dans la lutte politique ; alors on s’est dit que peut-être il y avait un moyen de changer la vie des gens aux racines.”

Ismael

“On était un groupe lié et en même temps on a décidé de créer un projet, nous voulons un petit peut changer les méthodes de travail ou changer un peu la politique. On a essayé de créer un projet qui est lié à Collectactif à la base, à une équipe et en même temps faire pousser les gens qui n’ont pas les moyens de faire
l’activité avec nous”

SAMAD Bouakka

“Au début, on a dit, pourquoi y pas aller juste faire pour la récup du pain, des choses essentielles pour le matin pendant l’accueil hivernal. Et après un certain
moment, on était impliqué à amener du nourriture pour accueillir les gens. Et
on voulait continuer cette dynamique et aller plus loin. Et nous avons
commencé à aller au Abattoir pour la récup invendu, légumes, fruits et tout ça, et on l’a ramené pour faire des repas régulièrement pour les sans-papiers, pour les sans-abris.”